13/03/2008

Actualité Juive du 13.3.08 annonce le salon du livre

Annonce séance de dédicace Herbert Herz

18/05/2007

Première arrestation de Herbert Herz

...Je suis entré à la gendarmerie et j’ai présenté ma requête. Le gendarme de service m’a dit: « Attendez, on va vérifier quelque chose. Ah! Vous voulez qu’on vous prolonge votre carte d'identité, asseyez-vous là, on va vous la prolonger ».

Car mon nom figurait bel et bien sur la liste des Juifs étrangers que Vichy s’apprêtait à livrer aux Allemands, mais avec pour domicile Riom et non pas Châteauneuf, ce qui explique pourquoi je n’avais pas déjà été arrêté le matin. Je m’étais pour ainsi dire jeté dans la gueule du loup...

 

Herbert Herz sera libéré grâce à une chaine de solidarité. Devenu clandestin il trouvera le chemin de la Résistance FTP-MOI à Grenoble, puis à Lyon et Toulouse.

 

Séance de dédicace de son livre: "Mon combat dans la Résistance FTP-MOI, Souvenirs d'un jeune Juif allemand" samedi 19 mai chez Payot Rive Gauche, Genève, de 15h30 à 17h. 

16/05/2007

Payot Rive-Gauche à Genève invite Herbert Herz

Signature : Herbert Herz

Mon combat dans la Résistance FTP-MOI.


Samedi 19 mai [15h30-17h]

À :Genève Rive Gauche

À dix-huit ans, Herbert Herz avait déjà beaucoup vécu : né à Augsbourg en 1924, il avait fui l’Allemagne nazie avec sa famille et s’était retrouvé, encore enfant, à Dijon où la montée du fascisme puis la guerre le rattrapèrent. Privé peu à peu de son avenir d’étudiant, directement menacé de déportation, il s’engagea donc en 1942, presque par hasard, dans un mouvement particulier de la Résistance : les Franc-tireurs et partisans – Main d’œuvre immigrée [FTP-MOI]. À travers l’épopée de ces jeunes Juifs et étrangers qui prirent le risque de la clandestinité pour défendre leur pays d’accueil, Herbert Herz rend hommage à ses compagnons, souvent moins heureux que lui, mais aussi à de nombreux Français anonymes qui, parfois sans le connaître, l’aidèrent à changer d’identité, à se cacher, à résister. Devenu fonctionnaire au CERN, il vit toujours à Genève, d’où il contribue à la mission de l’Institut Yad Vashem en recherchant et pour les récompenser les Justes ayant secouru des Juifs durant la Shoah. Ι

09/05/2007

Payot Rive-Gauche Genève, le 19 mai