12/11/2010

Reportage à Ferney lors du 11 novembre

 

 

Une cérémonie du Souvenir DSC03983.JPG a eu lieu ce 11 novembre devant le Monument aux Morts de la ville de Ferney-Voltaire, cérémonie qui d'ailleurs se tenait simultanément dans tous les villages, villes de France.  Cette cérémonie a aussi lieu dans les pays Alliés de la seconde guerre mondiale, par exemple en Grande-Bretagne où les citoyens participent en masse et portent à la boutonnière un petit coquelicot en papier. (En effet lors de la première guerre mondiale, des coquelicots poussaient dans les champs des Flandres pendant que se déroulaient les batailles sanglantes...)

Une nombreuse assistance était venue participer et se recueillir. La cérémonie commença par la remise de diplômes d'honneur à 5 Combattants de la seconde guerre mondiale, dont certains étaient Résistants. Elle se poursuivit par la lecture de la liste des Morts pour la France au cours des guerres passées, de 1870, de la première puis deuxième guerre mondiale pour se terminer par la guerre d'Algérie. Une liste impressionnante de noms a été énoncée pour la première guerre mondiale. En effet cette guerre a été particulièrement meurtrière en raison des gaz qui ont été projetés sur les soldats et qui en ont tués un grand nombre dans d'affreuses souffrances. La ville de Ferney a perdu un citoyen pendant la guerre d'Algérie.

La cérémonie s'est poursuivie par le discours du Maire de Ferney, Monsieur François Meylan, dont je reproduis ci-dessous le discours.

Quelques instants de silence ont été observés puis la Société de Musique Municipale de Ferney a joué les quatres couplets de la Marseillaise pendant que des élèves de la classe de CM2 en chantaient les paroles devant une assemblée attentive.

Les autorités municipales ont défilé devant les Porte-drapeaux et ont ensuite convié les participants au verre de l'amitié dans le sous-sol de la Mairie.

Beaucoup d'enfants étaient venus accompagnés de leurs parents qui tenaient à les faire participer et à leur enseigner une histoire vivante tout en espérant que ces guerres ne se reproduiront pas...

Photo ci-contre: Herbert Herz tenant son diplôme d'honneur en compagnie d'un autre combattant et de sa femme.

Discours de Monsieur François Meylan, maire de Ferney:

 

On pense toujours que c’est la dernière fois.

Depuis 92 ans, depuis que le clairon a sonné à Rotonde à 11 heures, annonçant la fin d’une guerre mondiale sanglante et inhumaine, des citoyens se retrouvent annuellement devant leur monument aux morts pour commémorer la fin de la première guerre mondiale celle qui devait être la dernière.

En 1918 tous croyaient que plus jamais la France et l’Europe ne reverraient cela, que le matin du 11 novembre c’était comme un réveil après un long d’un cauchemar balayé par le retour du jour.

C’était vite oublier que le monde est habité d’hommes et de femmes qui façonnent la société en fonction de leurs intérêts et contre leurs peurs. Il en résulte le besoin d’accumuler des richesses pour une élite et accaparer le pouvoir pour préserver ces avantages souvent acquis au détriment des autres.

Puis il y eu 1939 et tout a rebasculé. Les souffrances des familles et la mort des soldats et des civils étaient à nouveau d’actualité. L’Europe, puis le monde se sont embrasés sema nt la peur et la mort. Encore…

Si nous sommes là aujourd’hui ce n’est plus pour être aux côtés des nôtres, mais pour nous souvenir de leur sacrifice et nous engager ensemble à consentir tous les efforts nécessaires pour changer.

Beaucoup ont cru que la science et le progrès seraient les remèdes à ce mal qui ronge le monde. Ils pensaient, et certains le pensent encore aujourd’hui, qu’avec la science source du progrès nous atteindrons enfin la paix et le bienêtre éternels, un e vie tous les jours plus belle.

Hélas nous devons regretter que tous les humains ne soient pas concernés de même façon par le progrès. Les hommes et des femmes de plus en plus nombreux dans nos pays développés sont touchés par la misère. Des peuples entiers sur tous les continents sont oubliés et exploités. Comment dans ces conditions leur expliquer que la paix est à nos portes, à eux qui ont souvent perdu l’espoir !

Aujourd’hui tous les ingrédients sont réunis pour que le monde explose : la crise économique, les injustices sociales, la monté du populisme, les affrontements religieux. Tout ce qui provoque la haine, la peur, le mépris de l’autre.

Une révolution politique ou technique ou scientifique ne saurait régler définitivement ces injustices. Nous en avons fait l’expérience.

 

Non, nous devons lutter les sources du mal, les peurs et les incertitudes pour le bienêtre des hommes et des femmes de la planète. Ce que le matérialisme et l’individualisme forcenés ne peuvent nous donner nous devons aller le chercher en nous-mêmes, dans l’ouverture des nos esprits.

C’est l’instruction et la culture qui sauveront ensemble le genre humain. Pas de miracle, pas ce coup décisif artificiel à attendre mais une lente amélioration des hommes. En attendant militons pour plus de tolérance et davantage de considération de l’autre. N’est-ce pas également le regard d’un être humain que nous croisons quotidiennement dans notre famille, dans les gens de notre quartier?

Nous pouvons voir circuler sur Internet des rappels pressants nous demandant de ne pas oublier, de lutter contre ceux qui nient les souffrances des conflits et surtout les martyres tombés dans toutes ces périodes de violence et de haine.

Le négationnisme progresse chaque jour, nous lui laissons le champ libre car nous avons souvent besoin de voir pour croire. Mais ceux qui sont morts ne peuvent plus témoigner alors les images de ces camps de la mort ouverts aux yeux du monde par les libérateurs de la seconde guerre mondiale mais aussi de toutes les guerres idéologiques conduites ensuite sont contestées et même combattues. Nous ne pouvons pas accepter cette guerre intellectuelle. Ce n’est pas en niant ces faits que nous élèveront nos sociétés.

Comme il est facile de tirer un trait sur la souffrance des autres et de nier les abominations!

Nous nous engageons tous aujourd’hui à ne pas oublier, à dire à nos enfants que cela a existé, que des hommes ont fait cela à d’autres hommes. Nous disons que nous travaillerons pour plus de partage et d’humanité.

 

Tel est le sens de notre présence, debout face à ce monument du souvenir.

 

Vive la république et vive la France.

 

François Meylan


 

 


 

08/11/2010

Ferney-Voltaire honore jeudi Herbert Herz

Herbert Herz, après avoir reçu la Légion d'Honneur il y a quelques années pour hauts faits de Résistance, va être honoré par la ville de Ferney-Voltaire à l'occasion du 11 novembre, en compagnie d'autres Résistants.

 

En effet l'année 2010  marque le 70 ème anniversaire des combats de 1940, de l'appel du 18 juin du général de Gaule, de la naissance de la France libre et des premiers pas dans la Résistance.

 

Dans ce contexte, le secrétaire d'Etat à la défense et aux anciens combattants, Monsieur Hubert Falcot, a souhaité exprimer la reconnaissance de la France à l'égard des combattants de la Seconde guerre mondiale et il a été décidé de remettre à chacun d'eux un diplôme d'honneur. C'est le maire de Ferney-Voltaire, Monsieur François Meylan qui a été chargé de leur remise.

 

En raison de délai d'organisation trop court pour organiser cette remise le 8 mai, il a été décidé de procéder à cette remise lors de la commémoration de l'armistice de la Première Guerre mondiale.

 

Cette cérémonie du souvenir se tiendra:

 

Jeudi 11 novembre à 11h45

au monument aux morts, Ferney-Voltaire

 

(devant la mairie)

 

Un vin d'honnneur suivra à la mairie.

 

 

Herbert Herz will receive an honour diploma as a fighter during WWII. You can assist at the ceremony thursday 11 November 11:45 at the "Monuments aux morts", war memorial, in front of the town house of Ferney-voltaire. A cocktail will follow at the town house.