02/05/2014

70 ans après la Libération comment transmettre l'indicible


Salle des fêtes de Carouge hier soir 28 avril 2014.

Les témoins directs de la Shoah disparaissent les uns après les autres. L'importance des témoignages écrits ressort de façon encore plus frappante chaque année.

L'invité d'honneur de cette cérémonie était le Dr Henri Borlant qui a témoigné de sa déportation à Auschwitz alors qu'il n'était âgé que de quinze ans. Des six mille enfants juifs déportés de France en 1942 vers les camps d'extermination nazis, il est le seul survivant.

Agé aujourd'hui de quatre-vingt-sept ans il témoigne dans les écoles de la barbarie nazie. Il sera aujourd'hui au cycle d'orientation du Renard et parlera avec les élèves de ce collège.

Le fait que ses parents juifs l'aient fait baptiser et qu'il ait été en 1942 catholique pratiquant ne l'a pas protégé de la déportation vers le camp d'Auschwitz-Birkenau. Les quelques membres de sa famille déportés en même temps que lui n'ont pas survécu mais il a eu la chance de retrouver sa mère et quelques frères et soeurs qui ont pu survivre cachés par des Justes français. Vers la fin de la guerre il a été transféré dans deux autres camps successivement. Il a pu s'évader la veille de la libération de son camp par les Américains. Lorsque les Américains sont arrivés, c'est lui et un autre camarade qui leur ont appris la vérité sur ce camp et les ont amenés à l'intérieur. Les Américains ont alors découvert l'ampleur du massacre et l'ont fait connaître au monde.

Son histoire est racontée dans son livre publié aux éditions du Seuil: "Merci d'avoir survécu"

Le Dr Borlant a répondu à des questions posées par des jeunes de l'école Girsa et a entre autres révélé qu'il n'y avait pas de stratégie pour survivre. Confronté à ce cauchemar il fallait improviser en permanence. Pour ce jeune de quinze ans et pour tous les autres déportés, ce fut l'horreur totale, la faim, la souffrance, les coups, les assassinats.

Les comédiennes Marie-Christiane Barrault et Guila Clara Kessous ont également lu des extraits de journal d'une jeune femme juive néerlandaise Etty Hillesum. Etty est née en 1914 aux Pays-Bas et est décédée le 30 novembre 1943 à l'âge de 29 ans. Elle a écrit des lettres depuis le camp de transit de Westerbork avant d'être également déportée et assassinée. Sa dernière lettre a été glissée dans une fente d'un wagon à bestiaux qui l'emmenait vers Auschwitz-Birkenau. Trouvée par un paysan près de la voie ferrée et transmise ensuite à son destinataire elle nous est parvenue. Ce témoignage était très dur à entendre car elle nous parle dans ses lettres de ces dizaines de milliers de  Juifs néerlandais, hommes, femmes et enfants, souvent des orphelins, déportés - pendant que le soleil continuait à briller et la nature à sourire.

Lorsqu'on sait qu'à l'arrivée à Auschwitz le train s'arrêtait au bout de rails et que les déportés étaient poussés en dehors des wagons par des Nazis qui hurlaient en allemand et qui avaient des chiens-loups qui essayaient de mordre les pauvres gens, on imagine l'horreur indicible qu'ont vécus un court moment ces pauvres enfants arrivés seuls.

Un court instant car dès leur arrivée les déportés étaient séparés en deux groupes. Ceux qui entraient dans le camp et ceux qui n'y entraient pas. Ceux-ci étaient immédiatement gazés dans les cheminées du camp qui se mettaient alors à fumer pendant quelques jours.

Un enfant a demandé au Dr Borlant s'il avait eu des séquelles après la Libération de son passage dans les camps.

Celui-ci a répondu qu'effectivement il a longtemps fait des cauchemars comme nombre d'anciens déportés. Il reste aussi plus sensible à la violence et ne peut visionner des films violents.

Il a également souligné l'importance de la démocratie et de la mémoire pour que ne se produisent plus de tels drames dans le futur.

Des membres de la communauté arménienne et rwandaise étaient également dans l'assistance et ces deux génocides ont également été évoqués.

Par ailleurs la cérémonie a été ponctuée par de la musique juive jouée par le groupe Hotegezugt, le chant des Partisans a été chanté par la chorale de l'école Alliance-Girsa dirigée par Madame Sarabella Benamram.

Diverses allocutions ont été prononcées : Par: Monsieur Nicolas Walder, Maire de Carouge, Monsieur Serge Dal Busco, Conseiller d'Etat de la République et Canton de Genève, Monsieur l'ambassadeur d'Israël, Monsieur Joël Herzog, Président du comité d'organisation de Yom Ha Shoah, Maître Ron Aufseesser.

Lors de son discours, Monsieur Joël Herzog, nous a relaté des incidents préoccupants et a relevé que l'antisémitisme augmente un peu partout dans le monde. 

Les Rabbins des communautés juives de Genève ont chanté le El Male Rahamim et le Kaddish . 

Six bougies ont été allumées en mémoire des millions de victimes de la Shoah par des survivants et des résistants, accompagnés de jeunes ou de leurs petits-enfants. ( Madame Angel, Monsieur Klaus Appel, Monsieur Herbert Herz, Madame Danielle Morris, Monsieur David Planer, Madame Noëlla Rouget)

La mémoire de Monsieur Otto Klein, ancien déporté, a été rappelée. Il avait été déporté en même temps que son frère jumeau et torturé par le médecin nazi Joseph Mengele.

Le 27 novembre 2002, il accompagnait les participants du voyage de la CICAD à Auschwitz-Birkenau. Il avait alors déclaré:

"Pendant des mois, alors âgé de 12 ans - sous expérience médicale comme jumeau du Dr Mengele - je me trouvais à quelques mètres du bâtiment crématoire numéro trois, et je pouvais observer les milliers de personnes entrer et ne jamais ressortir vivants. Les seuls signes de leur tragique destin étaient les flammes de la cheminée, la fumée et … l'odeur."

Tant qu'il a été en vie il a considéré comme son devoir de témoigner, tout comme le Docteur Henri Borlant, Monsieur Herbert Herz, Madame Ruth Fayon z''l, Madame Angel et tant d'autres.

Souvenons-nous également de ces Justes parmi les Nations qui ont aidé le peuple juif au péril de leur vie et à qui nous sommes si reconnaissants.

Et parmi eux, les Justes suisses .

henri borlant,herbert herz,yom ha shoah,carouge,2014,commémoration,holocauste,auschwitz-birkenau,etty hillesum

henri borlant,herbert herz,yom ha shoah,carouge,2014,commémoration,holocauste,auschwitz-birkenau,etty hillesumMarie-Christine Barrault,henri borlant,herbert herz,yom ha shoah,carouge,2014,commémoration,holocauste,auschwitz-birkenau,etty hillesumhenri borlant,herbert herz,yom ha shoah,carouge,2014,commémoration,holocauste,auschwitz-birkenau,etty hillesum

henri borlant,herbert herz,yom ha shoah,carouge,2014,commémoration,holocauste,auschwitz-birkenau,etty hillesum